Une riche faune ailée à La Montagne de Buttes

Un parc éolien industriel de 19 machines à la Montagne de Buttes constituerait une menace grave pour nombre d’oiseaux. A titre d’exemple, l’aigle royal, qui a récemment fait son retour dans le secteur, ainsi que la buse variable (ici au morphe très clair). Tous deux ont été photographiés par Michel Maire aux Places. A l’heure où les oiseaux disparaissent à une vitesse alarmante, des parcs éoliens industriels du type de la Montagne de Buttes réduisent gravement l’habitat de la faune ailée et constituent une atteinte irremédiable pour la biodiversité.

(c) Michel Maire

Voir toute la galerie de photos ici.

Un beau succès pour le Val-de-Travers

Les qualités naturelles du Val-de-Travers séduisent loin à la ronde : plus de 13’000 personnes ont signé la pétition visant à sauver la région entre le Creux-du-Van et le Chasseron. Ces symboles du paysage suisse sont menacés par la construction de plusieurs parcs éoliens qui divisent l’opinion publique et les experts.

(c) Lukas Bieri Pixabay

Les grandes organisations nationales que sont BirdLife, Helvetia Nostra, la Fondation pour la protection du paysage et Pro Natura Vaud ont lancé le 8 mai dernier cette pétition, en collaboration avec Paysage Libre Vaud et Paysage Libre Suisse. La démarche vise à informer l’opinion publique des dangers qui menacent un des derniers espaces préservés de l’Arc jurassien et à valoriser ce patrimoine exceptionnel plutôt que de l’industrialiser.

Le résultat dépasse toutes les attentes : en moins de cinq mois, plus de 13’000 personnes ont signé la pétition. Le quart des paraphes provient du Canton de Neuchâtel. Outre les habitants du Val-de-Travers, attachés à leur cadre de vie, de nombreux amoureux de cette région ont apporté leur soutien. Sensibilisés sur place au Creux-du-Van, quantité de visiteurs en provenance de la Suisse alémanique n’en revenaient pas qu’un lieu aussi précieux soit menacé à ce point. L’ancien président du Conseil national, Claude Frey, figure parmi les parrains du texte, aux côtés de Philippe Roch.

L’association Les Travers du Vent demande aux communes concernées ainsi qu’aux promoteurs d’abandonner leurs projets éoliens destructeurs pour le cadre de vie et le tissu économique local, et de privilégier une transition énergétique qui permette de valoriser la région, ses habitants et son attractivité.

Sauvez le Creux-du-Van et le Chasseron

Un des paysages les plus emblématiques de Suisse est menacé par la construction d’une quarantaine d’éoliennes géantes. Paysage Libre Vaud et plusieurs ONG comme Pro Natura, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage et BirdLife, tirent la sonnette d’alarme et lancent une pétition demandant de préserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel qu’est la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van. La démarche vise à informer l’opinion publique des dangers qui menacent un des derniers espaces préservés du Jura.


Dans la nécessaire pesée d’intérêts qui doit être faite pour tout projet éolien, le paysage et la biodiversité occupent une place de choix. « Les projets entre le Chasseron et le Creux du Van sont à ce titre les pires de Suisse », déclare Jean-Marc Blanc, secrétaire de Paysage Libre Vaud et responsable du projet. Une partie importante de la région est d’ailleurs protégée. Outre leur impact paysager irréparable, ces projets éoliens impliquent la construction de nombreux kilomètres de routes nouvelles. Si on ne fait rien, la région sera complètement industrialisée et défigurée.S’y ajoute le rôle que jouent ces icônes paysagères sur le tourisme, les activités sportives et le délassement, qui seraient fortement mis à mal. Les plus de 100’000 personnes qui se déplacent chaque année au Creux-du-Van le font pour admirer un paysage préservé et typique, pas pour tomber sur 40 monstres de ferraille dans une zone industrielle », poursuit Jean-Marc Blanc.

En parallèle à la pétition, un concours de photos permet à toute personne, randonneuse, adepte de mountain bike ou de vol à voile d’illustrer cette région unique comme elle la ressent et de gagner un des douze prix mis en jeu.
Le comité qui parraine la pétition est formé de personnalités aux parcours personnels très variés. Michaël Buffat, Philippe Roch, Jean-François, Cavin ou encore Michel Bühler : tous se retrouvent autour d’une conscience commune de la valeur inestimable de nos paysages et de nos milieux naturels pour les générations futures.

Vers la pétition: lien

L’éolien synonyme de périphérisation

Jolie aubaine pour le public du Vallon qui a accueilli jeudi 12 avril 2018 Bernard Matthey, invité par l’Association Les Travers du Vent. Membre fondateur de Swissolar, ancien député libéral, cet expert de l’énergie a passé en revue une bonne douzaine de coups tordus en lien avec le monde de l’énergie.

Un demi-siècle d’activités professionnelles offre à Bernard Matthey un gisement de récits dans lequel il puise avec l’humour et l’intelligence qu’on lui connaît. Du nucléaire au photovoltaïque, du gaz au chauffage à distance, rien n’échappe à l’esprit aiguisé de ce lauréat du Prix solaire suisse 1999.

Comment notre Canton est-il tombé pieds et poings liés dans l’escarcelle fribourgeoise du Groupe E ? par quel chemin le photovoltaïque est-il arrivé en terres neuchâteloises ? pourquoi le WWF est-il antinucléaire et que doit-il au pétrole ? Toutes ces questions et bien d’autres ont désormais leur réponse.

Le dossier des éoliennes, si amer pour le Val-de-Travers, ne fait pas exception à la règle. Le docteur en sciences, spécialiste des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, y voit deux impostures de taille. Tout d’abord celle du subventionnement massif de l’éolien qui transforme une source d’énergie néfaste pour le paysage et la biodiversité en une affaire juteuse pour des entreprises de l’énergie en situation de monopole.

Ce que l’éolien dit sur la périphérisation du canton de Neuchâtel a également marqué le public. Comparant notre région aux stations touristiques des Alpes, soigneusement mises à l’abri de toute atteinte éolienne, Bernard Matthey dénonce le penchant du lobby éolien à considérer les crêtes jurassiennes comme une seconde zone tout juste bonne à brasser de l’air.

Imposteurs et impostures en bas de chez moi – Conférence de Bernard Matthey – 12 avril 2018

L’Association Les Travers du Vent vous invite à sa soirée annuelle en présence de
Bernard Matthey
membre fondateur de Swissolar, ancien député libéral

qui parlera de quelques coups tordus observés, vécus ou subis tout au long d’une vie professionnelle et politique consacrée à la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dans un exposé intitulé :

Imposteurs et impostures en bas de chez moi

jeudi 12 avril 2018, à 20.00 heures
à la salle de spectacle du collège de Buttes (en face de la gare)

Entrée libre, apéritif offert

Danger de mort pour les riverains

Pas de problème de sécurité, ne cessent de répéter les promoteurs; les accidents seraient rarissimes et ne concerneraient que de vieux modèles d’éoliennes. Faux: le rotor d’une Enercon 115 flambant neuve vient de se désintégrer en Allemagne. C’est exactement le modèle prévu pour la Montagne de Buttes.

Les débris dangereux ont été projetés à 500 mètres à la ronde. Chez nous, Groupe E et les SIG veulent installer ces machines à 300 mètres des habitations. Les Travers du Vent mettent en garde le Canton, les communes et les promoteurs sur les risques pénaux en cas d’accident. Il ne leur sera pas possible de se défendre en prétendant qu’ils ne savaient pas. Il existe à l’heure actuelle suffisamment de preuves montrant qu’une distance minimale bien plus élevée doit être respectée.

En savoir plus: lien.

Photos: Gudrun Ponta (Bürgerinitiative Gegenwind Borchen)

Schizophrénie au Creux du Van

Les Cantons de Neuchâtel et de Vaud mettent à l’enquête publique jusqu’au 18 décembre 2017 leur concept de préservation et de valorisation du haut plateau du Creux du Van. But de l’opération : initier une dynamique de restauration des milieux naturels dégradés, promotion de la biodiversité tout en permettant aux nombreux visiteurs de bénéficier de ce paysage remarquable et préservé (citation).

Juste à côté, 2000 mètres plus loin, le canton de Vaud planifie un parc éolien industriel de 17 machines, avec le soutien de Neuchâtel. Destruction de la biodiversité et du paysage garantis. Dénoncez avec Les Travers du Vent l’absence totale de cohérence dans la planification territoriale de notre région, rejoignez-nous dans notre combat.

Communiqué de presse: ici
Mise à l’enquête: ici
Médias (RTN): ici

Un vent mauvais souffle depuis Berne

Le Conseil fédéral vient de décider de sa politique éolienne au mépris des remarques qui ont été faite à son sujet, notamment par l’association les Travers du Vent. Contrairement aux nombreuses promesses faites par les partisans et les autorités lors de la campagne sur la stratégie énergétique 2050 « il n’y aura pas beaucoup d’éoliennes… », c’est bien 1000 éoliennes que la Confédération entend construire à terme dans nos paysages.

Le Conseil fédéral insiste que la Stratégie énergétique 2050 s’accompagne d’« une nette augmentation de la production d’électricité issue de l’énergie éolienne ».

Sans surprise, la Confédération veut faire porter le fardeau essentiellement à la Suisse romande : l’arc jurassien et le Canton de Vaud subiront l’essentiel des conséquences. Pour le Val-de-Travers, cette conception constitue une preuve de plus qu’il est destiné à devenir la poubelle éolienne de la Suisse entière, puisqu’il devra accueillir environ 15% de toutes les éoliennes prévues en Suisse.

En savoir plus

Le Val-de-Travers exprime à nouveau ses réticences

La votation de la loi sur l’énergie le 21 mai a permis au Val-de-Travers d’exprimer une nouvelle fois sa réticence à voir la région transformée en alignement de parcs éoliens. La Commune de La Côte-aux-Fées a rejeté la loi à 52,3%, tandis que Les Verrières l’ont acceptée du bout des lèvres, à 50.5% des suffrages. Avec son 57% de oui, la commune de Val-de-Travers est clairement en dessous de la moyenne cantonale.

La population du Val-de-Travers délivre une fois de plus un carton jaune aux autorités communales et aux promoteurs des projets éoliens: le futur énergétique ne passe pas par la destruction de notre patrimoine paysager.

Stratégie énergétique : NON le 21 mai

L’association Les Travers du Vent appelle les citoyennes et citoyens à voter NON à la loi sur l’énergie mise en votation le 21 mai 2017. Alors qu’elle vise à se passer du nucléaire et des énergies fossiles, cette loi aboutit en réalité à démanteler la protection de l’environnement. Avec une centaine d’éoliennes, le Val-de-Travers en serait la principale victime.

Plus de 1000 installations éoliennes industrielles sont nécessaires pour atteindre les objectifs de la stratégie énergétique 2050. Les turbines atteignent selon les projets 230 mètres de haut. Aucune région n’est épargnée en Suisse, mais le Val-de-Travers est la principale victime : 10% de toutes les machines prévues en Suisse seraient installées sur les hauteurs du vallon.

Contrairement à ce qu’estiment sans le moindre argument valable les défenseurs de la stratégie 2050, la place économique suisse a tout à perdre : les machines sont fabriquées en Allemagne, au Danemark ou en France, installées par des entreprises de ces pays qui en effectuent également la maintenance. Un parc éolien ne procure que des coûts pour la population en termes de taxes, de baisse de valeur immobilière et de fuite de contribuables aisés.

Le Val-de-Travers mérite mieux que de devenir la décharge éolienne de la Suisse : il jouit d’un paysage unique qu’il s’agit de préserver et de valoriser, tant pour les générations futures que pour le tourisme. Transformés en zones industrielles bruyantes, le Creux-du-Van et le Chasseron ne seront plus que de beaux souvenirs, où même les activités hivernales seront impossibles en raison des projections de glace. Quant à la biodiversité, elle sera elle aussi fortement affectée. Sur la base d’une étude de la Station ornithologique de Sempach, on estime à 100’000 le nombre d’oiseaux tués chaque année par 1000 éoliennes.

En raison de ses vents faibles, la Suisse n’est pas propice au développement de l’éolien. Valorisons les énergies efficaces et favorables à nos emplois, comme le solaire, la biomasse ou la petite hydraulique. Tous ensemble, votons NON le 21 mai.

La banque Raiffeisen remplace ses guichets par des éoliennes

La banque Raiffeisen ferme ses agences de Couvet, Travers et La Côte-aux-Fées au 31 mars 2017. Sa convocation à l’assemblée générale du Val-de-Travers affiche en revanche un paysage rempli d’éoliennes. Cette décision fait suite à une analyse de marché approfondie confiée à un bureau d’experts professionnels, au terme de laquelle la Banque Raiffeisen du Val-de-Travers a décidé de remplacer ses guichets par des éoliennes. Les éoliennes attirent en effet beaucoup plus d’argent, sous la forme de juteuses subventions publiques. Lassés par des taux d’intérêts inversement proportionnels aux taxes de tenue de compte, les clients de la banque n’apportent de toute manière que des coûts inutiles. Les éoliennes permettent en outre de répartir beaucoup plus durablement les taxes de tenue de compte: grâce à leur nombre (bientôt 100 machines dans le Val-de-Travers) et à la vitesse de rotation des pales (300 km/h en bout de pale), les taxes sont réparties par la technologie éolienne avant-gardiste dans tout le vallon, jusque dans les habitations les plus reculées désormais privées d’agence.

Les Travers du Vent invitent les clientes et clients de la Banque Raiffeisen à opter pour un autre établissement bancaire, qui cesse de se moquer du Val-de-Travers et prenne véritablement en compte les intérêts de ses clients. Le comité se tient à disposition pour tout conseil personnalisé, ce dernier ne pouvant plus être offert par la Raiffeisen à ses clients de taille normale qui auraient en face d’elle un conseiller de 180 mètres de haut qui n’arrête pas de brasser de l’air.

La corruption au coeur du lobby éolien

Un ancien cadre influent des Services industriels de Genève (SIG) est finalement condamné en appel à deux ans de prisons avec sursis pour deux volets d’une affaire qui en dit long sur l’utilisation de l’argent des consommateurs d’électricité que nous sommes tous. Pour rappel, les SIG portent le projet de la Montagne de Buttes aux côtés de Groupe E Greenwatt.

L’ancien cadre est reconnu coupable de corruption passive pour avoir tenté en 2010 d’obtenir 100’000 francs d’une société valaisanne contre la promesse de soutenir un projet. La cour retient également un deuxième acte, celui d’avoir accepté un cadeau déguisé d’un entrepreneur tessinois. Ce dernier a versé 180’000 à la femme du cadre des SIG pour la rédaction d’un ouvrage alibi à la gloire de l’éolien. Ce cadeau servait en réalité à rémunérer le cadre des SIG pour des services rendus. En savoir plus ici.

Continuer la lecture de « La corruption au coeur du lobby éolien »

La destruction en marche

Voici ce qui attend le Val-de-Travers, en 15 fois pire, si nous n’agissons pas. La destruction éolienne n’est pas une fatalité, nous pouvons l’empêcher grâce à votre engagement et à votre soutien. Contactez-nous pour en savoir plus et participez à l’assemblée générale des Travers du Vent le mercredi 22 février à 19.00.

Impacts cumulés des parcs vaudois et neuchâtelois : un désastre pour la faune

Une étude portant sur 13 projets éoliens totalisant 145 machines réparties dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel le prouve : l’industrialisation éolienne de l’arc jurassien constitue un désastre pour la faune ailée. Pour certaines espèces, 10% de la population serait mise en péril par la construction des parcs éoliens prévus. Le Grand tétras, l’Alouette lulu et le Hibou grand-duc sont purement et simplement menacés de disparition.

Comme les parcs éoliens ont été anonymisés à la demande des promoteurs (tels Groupe E Greenwatt), qui continuent à refuser de voir la réalité en face, on ne dispose pas de données précises sur le Val-de-Travers.

En savoir plus

Grosse défaite pour le Groupe E Greenwatt

Vendredi 11 novembre tombait un verdict déterminant du Tribunal fédéral (TF) : le recours des organisations de protection de la nature et de l’environnement contre le projet de parc éolien du Schwyberg dans le canton de Fribourg est admis. Le TF estime que l’emplacement du Schwyberg est inadéquat et demande de mieux tenir compte des intérêts du paysage, des biotopes et de la protection des espèces. C’est un véritable camouflet que la Cour suprême inflige au Groupe E et à sa filiale Greenwatt, qui est également à la tête du projet extrêmement destructeur de la Montagne de Buttes.

La semaine écoulée livre une fois de plus un constat clair : la Suisse n’est pas un pays propice à l’énergie éolienne. Des vents insuffisants, une opposition populaire déterminée et un impact désastreux sur l’environnement expliquent l’échec de nombreux projets. Tant le Tribunal fédéral que certaines communes et promoteurs éoliens se rendent peu à peu à l’évidence.

Vers le communiqué de Paysage Libre Suisse

Décalage croissant entre les élites politiques et le peuple

Dimanche 25 septembre, plus de 41% de la population de Val-de-Travers a dit non à la modification du plan d’aménagement de Buttes. Ils désavouent ainsi leurs partis et élites politiques qui soutiennent tous le parc éolien de la Montagne de Buttes sans le moindre esprit critique. Rebelote le lendemain : à La Côte-aux-Fées, le Conseil général a rejeté à l’unanimité une motion populaire pourtant signée par le quart des électeurs, inquiets des conséquences du même projet sur leur santé et le patrimoine. Un fossé dangereux se creuse.

Accidents: pourquoi nous mentent-ils?

Les accidents liés à des éoliennes seraient « très rares » (sic) nous promettent les promoteurs, c’est-à-dire les communes, le Groupe E, les SIG, dans leur étude d’impact du parc éolien de la Montagne de Buttes (page 258). Un mensonge énorme: en Allemagne, 12 accidents ont eu lieu entre janvier et août 2016, pour la plupart très graves. L’un des derniers a eu lieu le 5 août 2016. En Grande-Bretagne, on dénombre environ 150 accidents par an. En savoir plus ici.

La Côte-aux-Fées réagit

Sous le nom « Patrimoine et santé », un groupe de citoyens représentant le quart des électeurs a déposé une motion à La Côte-aux-Fées au sujet du parc éolien prévu sur la Montagne de Buttes. Ils demandent à connaître les distances entre les mâts et les habitations, un règlement d’indemnisation pour les nuisances et les pertes de valeurs immobilières et locatives ainsi qu’une proposition de redimensionnement du projet dans la commune. Le texte sera étudié par le Conseil général durant sa prochaine séance à l’automne. Si la motion est acceptée, le Conseil communal aura un an pour y répondre.

Le 25 septembre 2016: votez NON

Les citoyennes et citoyens de la Commune de Val-de-Travers se prononceront le 25 septembre sur la modification partielle du plan d’aménagement local de Buttes, secteur « Chez Maurice Dessus ». Dites NON à la destruction d’un espace protégé et à l’industrialisation débridée de nos montagnes. Arguments et flyer ici.

Votez NON

La campagne référendaire bat son plein

Ne manquez pas les manifestations qui ont lieu dans le cadre de la votation du 25 septembre sur le plan d’aménagement de Buttes. Du 12 au 26 août (sauf les jeudis), Thierry Ray et Yves Bilat exposent leurs photographies sur les espèces animalières menacées de destruction par le parc éolien industriel de la Montagne de Buttes (flyer). Le jeudi 18 août, à 19h30 à la salle Fleurisia, le comité référendaire organise une soirée d’information sur les enjeux de la votation. Venez nombreux, informez-vous, engagez-vous à nos côtés !

Thierry Ray Chouette

 

Carte des projets éoliens: le Val-de-Travers est l’enfer éolien de la Suisse

La Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage (FP) a développé une carte interactive des projets de sites éoliens en Suisse et dans les régions frontalières. Le verdict est sans appel: le Val-de-Travers deviendra la décharge éolienne de la Suisse. Pas loin d’une centaine de machines sont actuellement planifiées, et de nombreuses autres sont à prévoir du côté français. A l’échelle du Canton, de la région comme à l’échelle suisse, les inégalités territoriales sont flagrantes: le Val-de-Travers est la première victime du business éolien.

Capture carte projets eoliens

Les enjeux ne s’arrêtent pas à nos frontières

Prévu à deux pas de la frontière, le parc vaudois de la Vallée de Joux (Eoljoux) avait déclenché un bras de fer international. Les diplomates tentent d’esquiver un nouveau clash. Qu’en est-il de la Montagne de Buttes? L’éolienne la plus proche de la frontière est prévue à 100 mètres à peine. Plus sur le cas vaudois à lire ici.

Val-de-Travers votera le 25 septembre 2016

Le référendum contre la décision du Conseil général de la commune de Val-de-Travers sur la zone protégée a abouti. La chancellerie communale a confirmé la validation de 1265 signatures sur les 1373 déposées. Seules 890 signatures étaient nécessaires pour faire aboutir le processus démocratique. Plus ici.